Nous suivre

© Fibromyalgie Aube 2023 - 2024

Tous droits réservés  

Partager sur

L'arrêt du remboursement d'un anti-douleur : médecins et patients désemparés

04/09/2023

L'arrêt du remboursement d'un anti-douleur :  médecins et patients désemparés

Utilisé pour traiter la fibromyalgie et ses douleurs chroniques invalidantes et résistantes aux traitements antalgiques conventionnels, l’Acupan® (Néfopam) n’est désormais plus pris en charge par la CPAM de l'Aube dans le cadre de la douleur chronique au CETD de l'hôpital de Troyes (Aube). Le couperet est tombé brutalement ce mardi 5 septembre 2023 avec effet immédiat. Une décision révoltante qui laisse les patients et les médecins impuissants et sans équivalent de traitement.

En effet, l’Acupan était devenu la seule option de remplacement possible qu’il restait aux médecins suite à l’arrêt brutal de la kétamine en septembre 2019 dans des circonstances similaires. 

L’Acupan était un ultime recours pour ces patients lourdement handicapés par leurs douleurs rebelles, et pour qui toutes les alternatives thérapeutiques avaient échoué. Ce traitement leur permettait de maintenir une vie familiale, sociale et professionnelle.

Malheureusement, les médecins ont reçu un rappel à l'ordre de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie Grand Est, les informant que ce produit n’était plus remboursé par la CPAM de l'Aube, par perfusion ou per os, dans le traitement de la douleur chronique pour leurs patients.

Ce traitement, pris à domicile par voie orale ou, pour une meilleure efficacité, par perfusion, peut toujours être prescrit mais il est désormais à la charge financière complète des patients.

Concrètement, pour les malades, cela implique l’intervention d’une infirmière libérale, d’un prestataire pour le matériel médical et la délivrance des produits pharmaceutiques, ce qui représente un coût pouvant aller jusqu’à plus de 1000€ par mois.

Rares sont les patients qui auront les moyens de se payer ce traitement.

Une médecine à deux vitesses s’instaure de plus en plus en France, continuant de creuser les inégalités.

Cette situation laisse les malades désemparés et privés d’un traitement qui était déjà un dernier recours sans équivalent, tout en les abandonnant à leurs souffrances insupportables.

L’avenir des malades s’annonce sombre et incertain. Que vont-ils devenir ? Comment vont-ils gérer leurs douleurs ? Sans ce traitement, vont-ils supporter une vie qui n’en est plus une, et pour combien de temps ? Leur santé est en danger et toute leur vie remise en question, dans l’indifférence des autorités administratives. Que faire ?

En tant qu’association locale, nous sommes confrontés au désarroi de ces patients et nous tirons la sonnette d’alarme afin de les soutenir et de jouer notre rôle d’information et de sensibilisation.

 

Merci de nous aider en signant la pétition :

www.change.org/Fibromyalgie-NON-a-l-arret-de-l-ACUPAN